Anasayfa | 100 Questions & Réponses sur la Foi

A quoi sert-il de croire? Pourquoi l’homme doit-il croire?


-“Croire” veut dire être absolument convaincu d’une chose juste.Quiconque croità une chose prouvée à partir de certaines preuves claires, n’a pas le luxe d’hésiter, de douter entre « croire ou ne pas croire », c’est à présent définitif puisque les preuves sont là. Par exemple, il est impossible pour quelqu’un de ne pas voir le soleil qu’il voit en pleine journée alors qu’il n’y a pas de nuages; il ne peut pas avoir un doute comme “Dois-je croire ou non?” Ainsi, hésiter à croire à une vérité claire et perceptible comme la présence ici du soleil et vu par l’œil de la raison, ne serait qu’un signe d’ignorance.

Le crédo en l’Islam est basée sur la croyance en Allah et à l’Au-Delà. Croire réellement à ces derniersne peut se réaliser qu’en passant par croire que Mohammed (p.p.s.l.) est le Prophète d’Allah (Exalté) et que le Coran est la parole véridique et immuable d’Allah (Exalté). Donc, la source principale de  cette croyance repose sur le Coran. Car c’est un livre divin qui est, visible (pour l’homme), c’est un livre que nous tenons entre nos mains, de plus de par la raison du cœur et l’œil du cœur l’homme observe et contemple l’identité divine et céleste du Coran à travers les nombreuxmiracles.

Dans ce cas-là croire à l’Islam veut dire par ailleurs croire aux dires du Coran.

-Lorsqu’un étudiant ignore l’importance d’étudier ses cours et reste aveugle aux conséquences douloureuses de doubler son année scolaire, il passe son temps à rire et s’amuser avec ses amis.

Fermer les yeux aux réalités, mène l’homme à suivre des plaisirs provisoires et temporaires de ce monde éphémère où iloublila mort, les phases de l’Au-Delà,  et les supplices de la tombe et de l’enfer.Tout ceci ressemble à” du miel toxique”.

-le Coran nous éclaircit dans un langageplein de certitude et de clarté, plusieurs fois dans des centaines de versets que, si quelqu’un croit  aux valeurs et principes de l’Islam et vit conformément à cette religion divine, il vivra dans l’Au-Delà une vie remplis de bonheur où il sera immortel au paradiséternel où il ne mourra pas et n’aura point de soucis et tracas.  D’un autre côté, celui qui n’aura pas foi aux vérités établis de l’islam aura comme demeure éternelle et finale; l’enfer.

Maintenant que ces deux réalités sont claires; pour celui qui croit avec sincérité et conviction que la conséquence de la foi (al imane) est le paradis et que la conséquence de l’incroyance est l’entrée en enfer et ses supplices; est-ce possible pour ce croyantqu’il reste indifférent à ces sujets arguant des arguments tel que :«  je m’en fou, laisse tombé, ces sujets ne m’intéresse pas, je vie m’a vie, je me mets pas en difficulté en pensant à ces choses-là … » ?

İl est incroyable de voir qu’une personne peut se passer de certaines jouissances ou envies par peur de tomber en prison pour une durée de deux jours alors qu’il est insouciant envers la prison éternelle qu’est l’enfer.  En résumé, pour gagner les biens de ce bas-monde l’homme travail jours et nuits en surmontant de nombreux obstacles mais voir cet homme dans un état d’indifférence quand il est question de cheminer vers la voie qui le conduit vers le paradis éternel, cette façon d’agir est-t-elle raisonnable?

-C’est un principe inchangeable de la nature de l’être humain d’évaluer et de percevoir les évènements par rapport au jugement des règles portés dans son cœur et son cerveau. Par exemple, une personne pessimiste évaluera et captera tout d’un point pessimiste, ce qui le conduit à bâtir sa vie par rapport à cette vision. Alors que quelqu’un d’optimiste verra les choses d’une manière plus optimiste et sa vie prendra forme par rapport à cela. C’est comme, une paire de lunettes rouge qui montre aussi bien l’entourage rouge qu’une paire de lunettesnoire qui la montre noire.

Le non-croyant voit l’univers inutile, sans but et comme un jeu de coïncidences, tout lui parait ennuyeux et douloureux.

Par contre, le musulman, le croyant, croit et sait que dans la vie tout a un sens etun bénéfice.  Tout lui parait adorable et paisible car le croyant sait que tout est sous le contrôle, le soin et la garded’Allah (Exalté).

S’il n’y avait pas la brillance de la Foi et la lumière de l’Islam apporté et prêché par le Prophète Mohammed (p.p.s.l.), l’humanité aurait mal compris et mal analyser les évènements qui surviennent dans l’univers. Ainsi, l’humanité demeurerait dans l’extrême obscurité et le désespoir.

Par exemple, quelqu’un qui ne croit pas à la vie dans l’Au-Delà voit la mort comme un néant, une non-existence et la tombe comme un fossé non-existant.Alors que celui qui porte la lumière de la Foi, de part cette lumière voit la mort comme le début d’une vie éternelle et la tombe comme la porte d’entrée au bonheur éternel. Le croyant comprendra que la mort n’est pas une terrible source de séparation mais un moyen de rejoindre des amis et des proches.

Le non-croyant, verra le mal et la pauvreté dans tout l’univers, comme une maison de funérailles où il y a un deuil. İl percevra toutes créations comme un ennemi et un étranger. Alors que l’œil du cœur illuminé par la lumière de la Foi verra l’univers non comme une maison de funérailles emplie de deuil mais comme un soldat heureux ayant terminé son service et prêt à rentrer chez lui. Il verra dans chaquesignes de la création un soldat ou un fonctionnaire officiel au service d’Allah (Exalté)qui sont des amis et non pas des ennemis ou étrangers.

De toute façon, l’homme de par sa saine nature est altruiste. C’est-à-dire que l’homme est une créature sociable qui devient heureux des bonheurs des autres et souffre des malheurs des autres. İl est impossible de prendre goût de la vie alors qu’autrui est dans le tourment.

D’autre part une personne sans croyance voit toutes choses dans la vie comme inutile et sans raison d’être,condamné à une non-existence. C’est pour ça, que de ce point de vue, l’univers lui paraît comme une maison en deuil, et ceux qui y habitent comme des orphelins pleurants. Pour être heureux dans un tel état d’âme, il faut soit taire sa logique et ses sentiments et vivre comme un animal ou soit avoir un cœur rudepour se désintéresser des malheurs des autres. Puisque les deux cas sont impensables, il est loin d’envisager un bonheur quelconque en niant ou en restant dans un état d’incroyance.

Une personne fermant ses yeux parce qu’il se sent dérangé par la couleur et les rayons splendides du soleil, ne se fait que nuit à lui-même.

Share this